février 2019
D L Ma Me J V S
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 1 2
Flat View
Vue par années
Vue par mois
Vue par mois
Weekly View
Vue par semaines
Categories
Vue par catégories
Search
Rechercher

En cas de moisissures, obtiendrez-vous une véritable expertise?

Vendredi 09 mars 2018

Si vous suspectez des moisissures dans votre maison, comment savoir si la situation sera correctement évaluée et la décontamination adéquatement effectuée?

Odeur de moisi ou taches suspectes sur un mur : la personne appelée en renfort doit faire une évaluation juste de la situation, sans oublis et sans exagération. Comment éviter de vous faire vendre une méthode de décontamination inutile, dangereuse ou excessive? Et, une fois les travaux effectués, comment savoir si le problème est vraiment réglé?

L’investigation des moisissures dans les habitations est actuellement laissée à la bonne grâce d’expertises variables. La cause des moisissures peut être simple à déterminer, dans le cas d’une inondation par exemple. Mais une expertise particulière en bâtiment peut aussi être nécessaire s’il y a eu une infiltration à travers les murs qui est difficile à détecter ou à circonscrire. Qui sont les bonnes personnes pour prendre en charge l’évaluation des moisissures, selon la situation?

Côté décontamination, des solutions miracles simplistes ou à l’inverse injustifiées et exagérées sont parfois proposées. Comment y voir clair quand on ne s’y connait pas?

Il existe quelques documents reconnus traitant d’un aspect ou d’un autre de la gestion des bâtiments contaminés. Par exemple, le Protocole de New York, publié par le département de santé publique de la ville de New York, est souvent cité comme référence. Mais au Québec, aucun de ces documents ne détaille tout ce dont il faut tenir compte depuis l’évaluation de la contamination jusqu’à la fin de la décontamination.

La norme BNQ 3009-600 Contamination des habitations par les moisissures — Évaluation de la contamination et réhabilitation du bâtiment, en cours d’élaboration, répondra à toutes ces questions pour le contexte québécois. Les exigences relatives à la qualité de l’évaluation de la contamination ainsi qu’aux travaux de décontamination y seront détaillées. Le comité mandaté pour élaborer cette nouvelle norme réunit plusieurs acteurs québécois du domaine, tels que des fournisseurs, des utilisateurs de services, ainsi que des experts en microbiologie, en santé publique et en bâtiments. Destinée aux professionnels, aux entrepreneurs, aux propriétaires, aux occupants et aux gestionnaires d’immeubles, la norme est appelée à devenir LA référence complète pour les cas de moisissures dans les habitations.

La norme sera en consultation publique à l’été 2018 et publiée en 2019. Pour participer à la consultation publique, veuillez nous faire part de votre intérêt par courriel en écrivant à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .

Mélanie M. Robitaille, normalisatrice

Retour